Categories:

C’est au sud de la France que nous nous rendons pour notre escapade touristique, cette fois-ci sous les douces latitudes provençales et plus particulièrement autour de la ville d’Aix-en-Provence. Quel riche arrière-pays se dévoile alors à nous !  Cette ville typique de la région n’est qu’à une vingtaine de kilomètres de Marseille. Elle dévoile des environs qui se placent sous le signe de la beauté de la nature méditerranéenne et de l’un des terroirs à l’identité la plus marquée. Partons en Provence aux alentours d’Aix-en-Provence pour y découvrir plusieurs destinations incontournables. Nous allons vous faire visiter des lieux chargés d’Histoire, puis partir dans la campagne pour s’arrêter flâner dans un domaine viticole, qui saura ravir les sens des amateurs de bons vins.

Déguster les vins du cru

Le Paix d’Aix-en-Provence bénéficie de cinq appellations d’origine contrôlée, ce qui est remarquable étant donné son étendue géographique. Il y en a pour tous les goûts : du rouge, du blanc ou du rosé. Cette merveille du terroir est rendue possible grâce à la conjugaison de plusieurs facteurs spécifiques que sont le territoire en lui-même, la variété des vignes plantes et la préservation d’un savoir-faire immémorial. Il suffit de visiter l’un des soixante dix domaines viticoles de l’arrière-pays, à commencer par le Château Virant, dont les produits sont disponibles sur le site https://www.chateauvirant.com/. Le vin n’est d’ailleurs pas leur seule spécialité, car l’huile d’olive y est également fabriquée dans le respect des traditions.

Quels que soient ses goûts, Aix-en-Provence saura satisfaire, en matière de vins, tous les palais. Pour trouver ce qui nous conviendrait le mieux, outre l’exemple que nous avons cité, il est possible de se procurer le précieux Guide des Vins qui recense la plupart des sites et domaines pour les amateurs.

Sur les traces de Cézanne

L’un des plus célèbres Aquisextains (doux nom des habitants de la ville) est le peintre Paul Cézanne, membre éminent du mouvement impressionniste au dix-neuvième siècle. Il se trouve qu’il a peint de nombreuses fois la montagne Sainte Victoire, qui est restée dans toutes les mémoires à travers plus de cinquante œuvres réalisées par ce peintre. On peut faire le tour de la montagne, si possible en voiture, car il existe un circuit de plus de cinquante kilomètres réalisable uniquement en véhicule. Des belvédères magnifiques sur le trajet pourront permettre d’admirer les différents villages alentours. Pendant ce parcours, il est possible d’aller à Tholonet pour admirer son château datant du Siècle des Lumières, pour rouler ensuite vers la Maison de la montagne Sainte Victoire où se situe un muséographe. Quant à la suite, on conseille de s’arrêter à Pourrières qui donne la possibilité d’être à l’emplacement d’une célèbre bataille de l’Antiquité entre romains et germains au tournant du première siècle avant Jésus-Christ. L’escapade en voiture se termine finalement par le Col du Grand Sambuc, où l’on finira par joindre la résidence des anciens Archevêques aquisextains.

Aux profondeurs de la terre

Un aspect peut être sous exploité dans l’imaginaire collectif autour de la ville d’Aix-en-Provence est son patrimoine minier, qui fut actif dans l’entre-deux guerres et pendant une partie des Trente Glorieuses. C’est à Gréasques qu’il faut se rendre pour en apprendre davantage sur cette période méconnue et qui mérite le détour. La mine fut le Puits Hély d’Oissel, dans le site porte encore les stigmates de cette époque avec une atmosphère qui rend bien ce qui fut le quotidien des mineurs. Celui-ci fut rude, sans concessions, très éprouvant et particulièrement dangereux pour la vie des travailleurs. On pourra visiter en tout une succession de quatre salles, situées toutes dans le bâtiment qui servait à héberger la machinerie. Avec la visite des lieux et des instruments de l’époque, l’excursion est augmentée par une expérience de son et lumière. Une destination immanquable et originale pour le devoir de mémoire du passé industriel de la région.

Dans les forêts de l’Écomusée

Quittons les profondeurs de la terre pour remonter à la surface, direction la ville de Gardanne. C’est là-bas que se situe l’Écomusée et son parc, qui vont nous permettre de découvrir la belle forêt typiquement méditerranéenne. Dans ce musée dédié aux richesses de la nature, on pourra parcourir plus de mille mètres carrés remplis de médias divers comme des dioramas, des expériences interactives, de gigantesques photographies et bien d’autres surprises. Le tout est intégré dans un ensemble de plus de neuf hectares de forêt, avec bien des espèces qui y sont protégées. Les plus jeunes pourront s’en donner à cœur joie via un parcours d’une longueur d’un kilomètre et demie. Au menu de l’aventure, des énigmes à résoudre, avec des questions et des indices à trouver, mais aussi un labyrinthe de la mémoire, etc. 

Sur les pas des cisterciens

Nichée entre les forêts méditerranéennes et les garrigues provençales se trouve un véritable joyau de l’architecture cistercienne : l’Abbaye de Silvacane. Elle se situe à la Roque d’Anthéron et fera découvrir ses voûtes en ruines, dans le style roman. Effectivement, elle fut construite à partir du XIIᵉ siècle, sous l’égide du célèbre Bernard de Clairvaux, à l’origine de l’ordre des cisterciens. Malheureusement, elle fut peu à peu délaissée suite à des querelles entre protestants et catholiques, avant d’être abandonnée au milieu du XVIIIᵉ siècle pour devenir une ferme. L’Abbaye revit depuis 1949, avec le gouvernement de l’époque qui choisit de la restaurer et de l’ouvrir au public, pour notre plus grand plaisir.

À l’instar de l’Écomusée, des activités à destination des plus jeunes sont prévues. On peut leur réserver des jeux de pistes, tandis que les adultes pourront visiter les lieux. La visite peut se prolonger en randonnée, avec plus de cent vingt kilomètres de parcours pédestres, à travers le magnifique paysage de l’arrière-pays d’Aix-en-Provence. Ce n’est pas tout, car ceux qui ne souhaitent pas se lancer sur ces sentiers peuvent aller se cultiver avec des expositions, des chorales et autres concerts dans l’Abbaye, qui présente une capacité acoustique des plus remarquables.

Conclusion

Aix-en-Provence est une ville qui, en soi, est agréable à parcourir. Mais ce sont ses alentours qui vont révéler tout le caractère de l’arrière-pays, entre activités culturelles, randonnées dans la nature et découverte du patrimoine architectural de la Provence profonde.

 

Tags:

Comments are closed